Equilibrium

Equilibrium

Partridge : “Je suis pauvre et n’ai que mes rêves. Sous tes pas je les ai déroulés. Marche doucement car tu marches sur mes rêves.”

Equilibrium fut un échec commercial, et je ne comprends vraiment pas pourquoi tant c’est un grand film de science-fiction !

En résumé, on assiste à l’évolution de John Preston, un Ecclésiaste Grammaton spécialisé dans le Kata-armé ou Gun-Kata (un art martial pour utiliser les pistolets en mode Badass) qui défend l’ordre établi par le Père, un leader totalitaire dirigeant Libria, une ville apparue après la Troisième Guerre Mondiale. Les habitants ont l’obligation de prendre du Prozium, une drogue qui étouffe les émotions, et donc la violence, cause de la précédente guerre. Bien évidemment, il y a des rebelles, et les Ecclésiastes Grammatons  sont là pour tous les tuer, dans le style Gestapo.

Le scénario est intéressant (SPOIL) puisque l’on voit le meilleur des Ecclésiastes Grammaton (John Preston), perdre foi dans le Père après avoir tué son ami et collègue, Errol Partridge. Ce qui survient après l’amène au duel final contre le Père, et la libération de Libria.

Libria est dirigé par un gouvernement semblable aux Nazis, mais on peut aussi observer notre propre société et s’interroger sur les limitations que l’on a sur notre propres émotions.
Premièrement, l’idée centrale de Libria affirmant que les émotions amènent à la violence est en partie vraie, mais seulement en partie puisque les émotions permettent aussi l’amour, l’amitié, la compassion…
Au contraire, une société sans amour tel que le III Reich ou l’URSS est bien plus violente que les sociétés démocratiques, et pourtant les premières ne sont pas vraiment en faveur de l’art et des émotions. Libria est très violente, elle recherche la paix en faisant la guerre, paradoxal !

Pour en revenir à notre société, le libéralisme économique, la doctrine principale du monde actuelle, mené par la civilisation Occidentale, nous oblige à travailler la majeure partie de notre temps, souvent pour seulement survivre et avoir de la nourriture sur la table. Pas de goût pour son travail, parfois aucune reconnaissance, seulement un salaire pour continuer à vivre année après année, c’est circulaire, on vit pour travailler et on travaille pour vivre !

Equilibrium est donc aussi un bon film pour comprendre que l’on est tous piégés par cette énorme machine économique. Nous devrions travailler à des fins utiles, ou pour des sujets que l’on apprécie ou aime, et pas la majeure partie de notre temps, non parce que nous sommes fainéants, mais parce que l’être humain n’a pas été conçu pour faire la même chose 8-10 heures par jour, c’est comme ça !

Je vous recommande de regarder ce film qui est vraiment très sympathique après toutes ces années, et de réfléchir sur son message, ce n’est pas seulement un énième film divertissant de science-fiction.

Passez un bon moment à le regarder, et n’hésitez pas à laisser un commentaire 😉

Gregory

Passionné par les jeux de rôle et l'imaginaire en général, une bonne partie de ma vie est aussi traduite en binaire. Ce blog est mon univers, prenez le temps de vous y perdre ;)

Laisser un commentaire

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.