Jeu du pauvre

Le jeu de rôle, le jeu du pauvre ?

Beaucoup de gens aiment les jeux, ils sont un élément fondamental de nos vies, de notre enfance jusqu’à notre mort.

Au sujet des jeux de rôle, peu d’entre nous vont jouer à ce genre de jeux durant leur enfance, et encore moins vont continuer une fois adulte. Mais c’est un autre débat.

Et à propos de l’argent ?
Les jeux, comme tout ce qui est fabriqué par l’homme, sont régis par l’argent, vous devez en avoir pour vous acheter le jeu que vous convoitez.
Si les jeux vidéo ne sont pas connus pour être abordables, la tendance devient semblable pour les jeux de rôle alors que fondamentalement vous n’avez besoin que d’une feuille de papier et d’un crayon. Pourquoi cela ?

En quoi consiste intrinsèquement un jeu de rôle ?

Tabletop role-playing game

Un jeu de rôle (JdR) est un jeu (sauf quant l’un des joueurs fait un caprice car il/elle n’a pas reçu assez de points d’expérience ^^) où l’un des participants est le Maître du Jeu (MAÎTRE….) et les autres les Joueurs (et non les esclaves, pas de truc S&M ici !).

Le Maître du Jeu raconte l’histoire et les joueurs, à travers leurs personnages, vont faire des choix qui vont influer sur cette histoire.

En principe, un système de règles reposant sur des dés sera utilisé mais vous pouvez très bien vous en passer.

Donc, en résumé, pour jouer à un jeu de rôle papier, vous avez besoin de feuilles de papier, de crayons/stylos, de dés, d’un Maître du Jeu avec beaucoup d’imagination et entre 2-5 joueurs avec de l’imagination. Tout ce petit monde doit aussi s’accorder sur le type d’univers qu’ils souhaitent explorer (fantastique, science-fiction, cyberpunk, contemporain, horreur…).

Fondamentalement, un jeu de rôle est une histoire partagée que tout le monde doit être en mesure d’apprécier, avec quelques mécaniques de jeu pour donner un cadre, rien de plus.

La tendance au sein des jeux de rôle

Quand je jette un coup d’oeil aux projets Kickstarters / Ulule, ainsi qu’aux grosses licences, je suis surpris par la quantité de matériel que l’on considère comme nécessaire pour pouvoir jouer à un tel jeu.

Si je prend l’exemple de Donjons & Dragons : Livre du Maître / Livre du Joueur / Manuel des monstres + un kit de dés (d4/d6/d8/d10x2/d12/d20), et aussi une bonne imprimante (feuilles de personnage de 4-5 pages chacune * 3-5 joueurs).
Et tout ceci ne sont que les bases du jeu, des dizaines d’ouvrages supplémentaires sont disponibles pour approfondir l’univers D&D.

Un seul livre est requis pour Shadowrun, le coeur du jeu, mais aussi une palette de d6 ^^, et vous aurez rapidement besoin des livres supplémentaires pour créer des personnages plus intéressants, avoir des idées pour votre prochaine aventure…

Je pourrais dire la même chose de toutes les grosses licences de JdR, et elles sont super à jouer, je ne nie pas ce fait.
Je peux seulement remercier D&D, Shadowrun et Cthulhu pour ce qu’ils sont, des phares pour notre passion, des jeux qui parfois sont connus par des individus qui ne jouent pas aux JdR. C’est déjà un grand pas !

En revanche, si je peux admettre que certains gros jeux peuvent nécessiter 10 livres pour être jouables, et aussi car certains d’entre nous aiment se plonger dans ces beaux ouvrages, je ne comprends pas cette tendance parmi les jeux plus petits de vendre des dés, cartes à jouer, plans, jetons…

Tant de projets de JdR sur Kickstarter / Ulule terminent avec plus d’accessoires que nécessaire, et sont donc souvent en retard. C’est un jeu de rôle, pas un jeu de société. On n’a pas besoin de figurines, d’un plateau, de feuilles de personnage plastifiées, de dés uniques, de jetons spéciaux…

RPG table

C’est un non-sens complet étant donné que l’essence même d’un jeu de rôle est la liberté, ce qui signifie l’improvisation.
Les joueurs sont libres de leurs choix et le MJ va adapter son aventure en conséquence.

Comment pouvez-vous improviser une quête si vous avez toujours besoin d’une carte spéciale, d’une figurine, d’un jeton ou de dés uniques ?
Vous ne pouvez pas, c’est aussi simple que cela.

Je comprends que certains / certaines apprécient de jouer avec une dizaine de livres afin de créer des personnages très complexes, d’explorer des villes et contrées bien détaillées, et pour avoir des règles précises sur leurs armes, sorts et capacités. Ca reste du texte, du background, on est encore dans du jeu de rôle.
Le MJ va devoir être très vif d’esprit pour gérer toutes ces informations mais on est toujours dans un jeu de rôle fait d’échanges et de contenu textuel.

Dès que vous utilisez des objets élaborés pour illustrer un personnage, un lieu ou autre chose, vous jouez à un jeu de plateau/société. Vous jouez à un dungeon crawler, un type de jeu super sympa mais pas vraiment un jeu de rôle.

Less is more!

RPG Less is More

Comme en design et dans beaucoup d’autres disciplines, plus c’est simple, mieux c’est.

Un bon jeu de société n’a pas un livre de règles d’une centaine de pages, car c’est bien trop long pour un tel jeu. Un jeu de plateau repose sur l’utilisation de cartes, dés, figurines, un plateau (évidemment ^^, mais pas toujours), et des règles assez légères offrant de nombreuses interactions et stratégies.

Pour utiliser des règles très complexes, un jeu vidéo est l’outil idéal. Grâce aux ordinateurs, on peut créer des règles et interactions complexes, une IA…

Un jeu de rôle repose principalement sur le cerveau d’une seule personne (le Maître du Jeu) qui gère les règles et l’histoire. C’est un gros travail même si les joueurs vont aider concernant les règles applicables à leurs personnages. En plus de cela le MJ doit improviser en fonction des décisions prises par les joueurs.

Le cerveau d’un MJ doit donc gérer trois types d’informations: Histoire / Règles / Improvisation.
Histoire: une partie de ce travail est effectué avant le jeu mais le MJ va devoir s’en servir correctement pendant la session, ce qui peut être délicat car vous ne voulez pas que les joueurs aient l’impression de jouer à un jeu vidéo scripté.
Règles: le système de règles du jeu, comment vous gérer les combats, les interactions, l’évolution des personnages…
Improvisation: La création en direct. Ca peut être difficile de concilier ce que vous avez imaginé avec ce que souhaitent faire vos joueurs, et de leur donner le sentiment que tout est important et cohérent.

Plus les règles sont nombreuses, moins il y a d’énergie pour l’histoire et l’improvisation.
Plus vous utilisez des gadgets, moins vous pourrez improviser car le personnage non-joueur qui n’aura pas sa carte avec ses stats écrites dessus, sera considéré comme peu important par les joueurs.

Selon moi, le meilleur jeu de rôle est un jeu léger. Des règles légères, peu de matériel, mais une bonne histoire afin que les joueurs puissent s’y immerger, y apporter leurs propres idées, et que tout le monde s’amuse.

Une feuille de papier, un crayon, et un système de jeu léger, c’est un bon départ.
Si vous voulez utiliser des règles plus fournies mais toujours souples, optez pour Savage Worlds 😉

Les jeux de rôle sont pour tout le monde !

Puisqu’un bon jeu de rôle repose principalement sur une tête, c’est accessible à tous. C’est même un jeu gratuit, vous n’avez pas besoin d’utiliser un système de règles ou un univers édité par une entreprise, vous pouvez tout concevoir vous-même.

Oui, le jeu de rôle est le jeu du pauvre.

De mon point de vue, c’est le jeu le plus chaleureux qui existe car vous ne pouvez pas jouer seulement pour vous ou pour gagner.
Si vous faites cela, vous n’avez rien compris à ce qu’est un jeu de rôle, désolé.

Tout le monde autour de la table doit s’amuser, c’est un jeu collectif où chaque joueur et le MJ vont contribuer à créer une bonne histoire.

Les JdRs sont des jeux fantastiques et mériteraient d’être davantage connu. Si vous voulez partager votre réflexion, laissez un commentaire 😉

Gregory

Passionné par les jeux de rôle et l'imaginaire en général, une bonne partie de ma vie est aussi traduite en binaire. Ce blog est mon univers, prenez le temps de vous y perdre ;)

2 Comments

  • plutôt que jeu du pauvre (mais c’est une bonne accroche), c’est vraiment le loisir pour tous! Je qualifie le jeu de rôle comme le meilleur loisir de l’univers, et suis toujours étonné de voir le succès qu’il connaît aujourd’hui. J’organise des sessions-découvertes tous les week end, un bon mois à l’avance, et tout est complet avec liste d’attente. Il y a les nouveaux rôlistes qui viennent faire de la mini-campagne sur quelques sessions, mais aussi beaucoup de curieux et de curieuses, qui eux aussi commencent à revenir régulièrement, surtout sur des jeux maison, aux règles simplifiées, mais également sur les classiques. J’ai revendu mes centaines de bouquins il y a des années, mes centaines de figurines, je garde mes dés tout de même, mais clairement, sans avoir à subir le poids de toutes ces gammes, je me sens vraiment plus libre de présenter le loisir sous son meilleur jour. Tous ces suppléments sont des béquilles pour l’imagination, ils font perdre un temps précieux, bien mieux utilisé autour de la table, en restant attentif à ce que veulent les joueurs et joueuses.

    • Tout à fait d’accord.
      Merci pour ce partage. JdR tous les weekends, beau rythme 😉
      L’imagination se nourrit de livres, films, jeux, bouquins de JdR. Mais une fois dans l’action, il faut tirer à l’instinct, pas le temps d’armer, viser… Sinon on perd aussi le contact avec les joueurs et son ressenti sur la table.

Laisser un commentaire

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.